Wangen, petit village médiéval et viticole d'Alsace
 
AccueilCalendrierPublicationsRechercherFAQS'enregistrerConnexion
Derniers sujets
» Le TourneSEL de Wangen
Lun 9 Oct 2017 - 14:00 par Admin

» Journée Européenne du Patrimoine à Wangen 16 septembre 2017
Dim 3 Sep 2017 - 6:04 par Admin

» Wangen - Bouchées d'Histoire- Marie-Thérèse Fischer-DNA
Mer 23 Aoû 2017 - 13:42 par Admin

» Vins et Crémant d'Alsace Thierry- Martin
Sam 10 Juin 2017 - 8:53 par thierry martin

» Le restaurant Wangenmühle
Mer 24 Mai 2017 - 14:52 par Admin

» Une cigogne perchée sur le Niedertor, 20 mai 2017
Mer 24 Mai 2017 - 14:46 par Admin

» La boulangerie Zores à Wangen
Mer 12 Avr 2017 - 4:47 par Admin

» Bijou perdu à Wangen lundi 27 mars 2017
Mer 12 Avr 2017 - 4:34 par Admin

» Osterputz à Wangen samedi 25 avril 2017
Sam 4 Mar 2017 - 9:44 par Admin

Connexion
Nom d'utilisateur:
Mot de passe:
Connexion automatique: 
:: Récupérer mon mot de passe

Dicton du jour
wangen-village.alsace
Le nouveau site internet "Il était une fois...Wangen" est en ligne ! http://www.wangen-village.alsace/
Rejoignez-nous
.


Octobre 2017
LunMarMerJeuVenSamDim
      1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
3031     
CalendrierCalendrier
Partagez | 
 

 Gilles n’est plus là pour rire avec moi…par Philippe Jandrok

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Christine
Admin
avatar

Localisation : Wangen
Nombre de messages : 2103
Date d'inscription : 07/12/2008

MessageSujet: Gilles n’est plus là pour rire avec moi…par Philippe Jandrok   Sam 13 Nov 2010 - 7:33

mercredi, 27 octobre 2010

Gilles n’est plus là pour rire avec moi

Il est ici trois heures du matin à Chiang Maï en Thailande, et en relevant mes mails j’apprends que mon vieux camarade de lycée Gilles D. est décédé, j’ai eu un choc, tout d’abord je n’y ai pas cru, puis en lisant le courrier, j’ai commencé à être bouleversé et mes larmes ont coulé involontairement sur mes doigts. De grosses gouttes chargées d’une tristesse indescriptible, inattendue, imprévue.

Gilles était un être lunaire, tellement différent des autres et tellement inadapté, il l’était depuis toujours ; déjà au lycée avec une tignasse à la Beethoven, une totale aversion des choses physiques, Gilles était un intellectuel brillant, littéraire, féru de culture musicale et artistique, Gilles était Gilles et je n’ai jamais rencontré un garçon aussi différent de la majorité environnante. Nous le voyions déjà lauréat du prix Goncourt ou musicologue brillant, il nous parlait de Dimitri Chostakovitch à 16 ans, et qui connaissait le musicien Russe à cet âge et qui le connait aujourd’hui à part les spécialistes ? Il me faisait découvrir la musique classique et des auteurs dont je n’avais jamais entendu parler, de mon côté je lui apprenais les rudiments de la photo qu’il aimait mais qu’il ne saisissait pas, Gilles était un être d’esprit, il aimait le dessin, les arts, et il avait développé son style que je n’aimais pas, mais ce n’était pas à moi de juger, il avait sa particularité et elle était louable. Il écrivait également, Gilles avait de nombreux talents. Après sa liscence de Letrres, il était parti au Sri Lanka pour enseigner le Français aux Bengalis, mais il était hypersensible et un jour, il a pété un plomb, et ce dysfonctionnement psychiatrique ne l’a plus jamais quitté. À force, Gilles est devenu invalide, bourré de médicaments divers, suivi par des psychiatres en permanence, il devait, il rêvait de s’en sortir, mais il était prisonnier d’une spirale impossible.

Il me téléphonait une fois par semaine, ou par mois, il ne voulait pas m’importuner, souvent je le rassurais, du moins j’essayais, mais Gilles ne pouvait plus entendre, drogué par tant de médicaments pour contrôler son tempérament qui pouvait brutalement et d’un seul coup exploser, il vivait plus dans un monde que dans un autre. Il était parfois très dur et même désagréable, il pouvait dire des choses horribles sans le moindre tact, sans se rendre compte combien il faisait mal, un jour je le lui avais dit et je m’étais fâché avec lui, mais un moment seulement, comment lui en vouloir, il souffrait tellement.

J’avoue que parfois il me faisait peur, car je le savais incontrôlable et je crois qu’il se faisait peur également, c’est pourquoi il espaçait ses appels.

Gilles était dangereux pour lui et pour les autres, alors, il vivait seul, isolé, rencontrant souvent ses médecins et rarement ses amis. Il avait gardé contact avec notre camarade François W, avec lequel ils étaient inséparables durant nos années de Lycée, mais François était parti enseigner en Allemagne, et puis marié, deux enfants, les copains de lycée étaient désormais des adultes avec des obligations d’adultes, et à nouveau Gilles vivait péniblement sa solitude, il avait tellement besoin de parler, de communiquer, de partager ses idées, ses passions, ses désirs...

J’étais de mon côté très occupé, mes devoirs familiaux mes recherches, l’agence de communication, les cours à la Fac, les écris, les recherches plastiques, enfin, une quantité de choses différentes à gérer, je ne pouvais pas m’occuper de Gilles qui s’ennuyait, qui ne parvenait pas à se concentrer à cause des médicaments qui le rendaient docile, alors qu’en lui brûlait un foyer constant.
Mon pauvre ami était bien seul mais il se battait, il rêvait de rencontrer l’âme sœur, mais dans son état il faisait peur et trouver une jeune fille qui puisse le comprendre et accepter son handicap relevait de l’exploit. Je ne cessais de lui dire :

- Seule une femme mure, une femme d’expérience pourrait te comprendre.

Mais il avait fait une fixation sur une idée bien précise sur un type de femme, un peu comme Gauguin qui révait des tahitiennes et de son paradis des tropiques, une idée fixe qui ne pouvait malheureusement pas se réaliser.

Nous en parlions de longues, très longues minutes, j’ignore si ce que je lui disais l’aidait, je crois que le simple fait de pouvoir échanger lui faisait du bien, il parlait librement avec un ami qui n’était pas un praticien hospitalier et ça au moins, ça lui changeait de l’ordinaire. Il aimait toujours autant la musique, l’art et les échecs et il vivait dans le rêve de retourner là-bas, dans son paradis artificiciel, il ne pouvait voyager seul et personne ne souhaitait l’accompagner, d’ailleurs il ne le souhaitait pas vraiment, enfin, je crois qu’il aurait aimé que je l’accompagne, mais je ne le pouvais pas, car il aurait fallu s’occuper de lui comme d’un enfant, lui qui savait tant de choses était perdu comme un chiot dans cette société qui lui échappait.

Ses parents sont toujours restés proches de lui, malgré les conflits qui touchent tous les enfants et leurs parents, au moins, il se savait aimé et entouré, et c’était très important. Il me proposait parfois de lui rendre visite et de profiter des merveilleux concerts que ses parents organisaient dans leur village d'Alsace, mais je n'ai jamais trouvé le temps et pourtant je sais que cela aurait fait tellement plaisir à mon vieil ami, il aurait pu dire :
- Vous voyez, mon ami est ici en famille...

Je ne veux pas regretter ce que je n'ai pas fait, je l'accompagnais à ma manière.
Ce soir, cette nouvelle me bouleverse, car quand on perd un ami, c’est un peu de soi qui s’en va avec lui, c’est un peu de son passé, de son adolescence qui disparaît à jamais. J’espère que là où il est il a enfin trouvé la paix et qu’il est entouré de musique, de beauté, et de jolies balinaises, comme il en a tant rêvé.

- Tu vois mon vieux, en écrivant ces quelques lignes, je pleure en écoutant le Stabat Mater d’Alessandro Scarlatti en pensant à toi, toi, tu aimais des musiques complexes, quasi mathématiques et ma sensibilité me porte et m’a toujours porté vers le Baroque, tu étais dans la logique structurée et moi dans l’ellipse et pourtant nous partageons le même amour pour la beauté. J’irais prier pour toi demain dans un temple Bouddhiste et je porterais des fleurs et des bâtons d’encens pour honorer ton souvenir et dire qui tu étais et comment tu as vécu...

On nous parle toujours du décès de personne connues, comme dernièrement celui de la chanteuse Joan Sutherland, qui était, certes une grande dame, mais moi j’ai voulu vous parler de celui de mon ami Gilles, qui n’était pas connu du grand public, mais plutôt des hôpitaux, il n’a jamais eu d’article dans le journal, on n’a jamais parlé de lui, mais lui et ses parents on fait plus pour le développement de la musique classique par amour dans leur petit village de Wangen en Alsace, que d’autres qui insistent pour laisser des traces en se faisant remarquer et qui, dans le fond, ne sont que peu de chose. D'ailleurs, Gilles méprisait les arrogants au point de ne pas les voir meme s'ils étaient face à lui.
Alors, si en lisant ces quelques lignes vous avez une pensée pour mon ami Gilles, soyez certains qu’il en serait très heureux, ainsi que sa famille, parce que des amis, et des pensées positives il en manquait terriblement.

Aujourd’hui et bien, non, nous ne vivons pas une époque formidable, pardonnez-moi, mais je suis las et bien malheureux car une étoile s’est éteinte dans le ciel.

Un jour, je vous parlerais de mon Oncle Dimitri qui nous a quitté dernièrement et qui était un homme exceptionnel et dont aucun journal n’a jamais parlé non plus, et pourtant…


http://philippejandrok.blogs.marieclaire.fr/archive/2010/10/27/gilles-n-est-plus.html

Nos sincères remerciements à Philippe Jandrok pour son témoignage très touchant et le partage de son texte sur notre site.
Que cette page contribue à prolonger le souvenir de Gilles.
Nos pensées se dirigent vers ses parents et sa famille .
Revenir en haut Aller en bas
http://www.wangen-alsace.net
guytounet
Doyen
avatar

Localisation : Bruxelles
Nombre de messages : 659
Age : 85
Date d'inscription : 27/11/2008

MessageSujet: Re: Gilles n’est plus là pour rire avec moi…par Philippe Jandrok   Dim 14 Nov 2010 - 8:16

Bonjour Christine

J'ai lu tout l'article avec grand intérêt
et tu devines comme il me bouleverse.
bonne fin de W-E
Guy
Revenir en haut Aller en bas
David
membre
avatar

Localisation : Marlenheim
Nombre de messages : 68
Age : 32
Date d'inscription : 11/03/2009

MessageSujet: Re: Gilles n’est plus là pour rire avec moi…par Philippe Jandrok   Dim 14 Nov 2010 - 9:03

Un portrait émouvant et un souvenir fidèle merci
Revenir en haut Aller en bas
Flo
membre
avatar

Localisation : wangen
Nombre de messages : 92
Date d'inscription : 16/02/2009

MessageSujet: Re: Gilles n’est plus là pour rire avec moi…par Philippe Jandrok   Dim 14 Nov 2010 - 10:21

Bel et touchant hommage qui trouve bien sa place ici...
Revenir en haut Aller en bas
la factrice
membre
avatar

Localisation : schnersheim
Nombre de messages : 48
Age : 39
Date d'inscription : 27/03/2009

MessageSujet: Re: Gilles n’est plus là pour rire avec moi…par Philippe Jandrok   Dim 14 Nov 2010 - 14:08

J'ai été très émue de lire cette article ...; je le connaissais depuis peu ... mais c'est toujours bizarre d'apprendre le décès d'une personne lorsqu'on la connaissait ne serait ce que de vue ...
Revenir en haut Aller en bas
Martin
membre
avatar

Localisation : Mutzig
Nombre de messages : 57
Date d'inscription : 07/01/2009

MessageSujet: Re: Gilles n’est plus là pour rire avec moi…par Philippe Jandrok   Lun 15 Nov 2010 - 6:07

Ce témoignage amical offre un peu de réconfort aux personnes qui ont connu Gilles et nous permet aussi de le découvrir autrement.Merci!
En effet ,il ne devrait pas y avoir que les personnes connues pour faire la une des articles.
Revenir en haut Aller en bas
Christelle
membre
avatar

Localisation : Wasselonne
Nombre de messages : 210
Date d'inscription : 04/12/2008

MessageSujet: Re: Gilles n’est plus là pour rire avec moi…par Philippe Jandrok   Lun 15 Nov 2010 - 14:20

j'éprouve beaucoup d'émotion et d'admiration pour ce lien d'amitié hors du commun,merci pour cet éloquent témoignage.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Gilles n’est plus là pour rire avec moi…par Philippe Jandrok   Lun 15 Nov 2010 - 14:43

eh oui, ainsi va la vie....je rejoins Martin, faire la une des articles ....se faire connaitre, y'a bien plus important dans la vie, rester simple et surtout vrai, authentique!!!!!

On peut se faire connaitre bien autrement aussi, que par la presse et les médias mais surtout se faire apprécier à sa juste valeur...
Revenir en haut Aller en bas
Martin
membre
avatar

Localisation : Mutzig
Nombre de messages : 57
Date d'inscription : 07/01/2009

MessageSujet: Re: Gilles n’est plus là pour rire avec moi…par Philippe Jandrok   Mar 16 Nov 2010 - 13:46

Je parlais de connaissance et de reconnaissance à titre posthume ,Gilles est malheureusement parti trop tôt mais l'hommage de Philippe Jandrok nous permet de le garder présent parmi nous.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Gilles n’est plus là pour rire avec moi…par Philippe Jandrok   Mar 16 Nov 2010 - 14:00

La reconnaissance s'acquiert dans la vie aussi mais malheureusement bcp l'oublie !!!
Revenir en haut Aller en bas
Caro
membre
avatar

Localisation : kuttolsheim
Nombre de messages : 156
Date d'inscription : 24/03/2009

MessageSujet: Re: Gilles n’est plus là pour rire avec moi…par Philippe Jandrok   Mar 16 Nov 2010 - 14:09

Je n'ai pas connu Gilles mais j'ai une pensée émue pour lui et sa famille en lisant ces lignes émouvantes et troublantes de son ami journaliste Philippe Jandrok.
Je pense que beaucoup d'entre nous aimeraient avoir un ami qui nous connaisse si bien et parle de nous avec autant de chaleur et de passion.
Gilles devait être très attachant pour provoquer autant d'émotion.
Revenir en haut Aller en bas
guytounet
Doyen
avatar

Localisation : Bruxelles
Nombre de messages : 659
Age : 85
Date d'inscription : 27/11/2008

MessageSujet: Re: Gilles n’est plus là pour rire avec moi…par Philippe Jandrok   Mar 16 Nov 2010 - 14:23

Bonsoir Caro,
Voila un message que j'aime beaucoup,plein de vérité
vous êtes une personne sensée.
merci Caro.
Guy
Revenir en haut Aller en bas
Christine
Admin
avatar

Localisation : Wangen
Nombre de messages : 2103
Date d'inscription : 07/12/2008

MessageSujet: Re: Gilles n’est plus là pour rire avec moi…par Philippe Jandrok   Mar 21 Mai 2013 - 1:48


La maman de Gilles vient de découvrir ce sujet ,très touchée,elle nous remercie de tous nos témoignages et partage avec nous un dessin de son fils : "la mongolfière".
Gilles savait très bien dessiner et écrivait beaucoup de petits poèmes.
Un de ses "leitmotiv" était "les hommes aux valises".
Il aurait tant aimé s'envoler au Sri Lanka à nouveau,mais la maladie l'a rattrapé.
Gilles a également fait "l'histoire de Wangen" en 8 tableaux,formant un château octogonal.

Revenir en haut Aller en bas
http://www.wangen-alsace.net
 
Gilles n’est plus là pour rire avec moi…par Philippe Jandrok
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Il était une fois ...Wangen :: Wangen Hier :: Petits et grands personnages connus et moins connus-
Sauter vers: